©Fundació Mas Miró, 2018.

Mas Miró

Joan Miró (Barcelone, 1893 - Palma, 1983) est l'un des artistes catalans les plus universels du XXe siècle. Peintre, sculpteur, graveur et céramiste, connu pour sa discrétion et ses silences légendaires, c’est à travers son œuvre qu’il montre sa révolte et son désaccord avec les événements historiques et politiques qu'il est tenu de vivre.

Son ancrage dans le paysage de Mont-roig, d'abord, et plus tard dans celui de Majorque, où il finit par s'établir définitivement dans les années cinquante, a été décisif dans son travail et dans son langage. Barcelone, Mont-roig, Majorque, mais aussi Paris (dans les années vingt), New York (années quarante) et le Japon (années soixante), ont été ses paysages émotionnels, mais Mont-roig a toujours été le contrepoint, le choc originel vers lequel il retournait toujours.

Miró a toujours fui l'académisme, et pour comprendre son travail, il faut explorer son lien avec la terre, ainsi que son intérêt pour les objets du quotidien et son environnement naturel. Tout cela l'a amené à créer ce langage très personnel et unique qui fait de lui l'un des artistes les plus influents du XXème siècle.

"Toute mon œuvre est conçue à Mont-roig." Le travail et l'univers de Joan Miró se sont fécondés dans cette ville de la région de Tarragone, dans le cadre étroit du Mas Miró et des terres environnantes. C'est là qu'en 1911, après une maladie, l'artiste a décidé de se consacrer à la peinture.

Le Mas Miró a été le modèle de La Ferme, la création la plus emblématique de l’époque figurative de l'artiste, mais c'est aussi dans ce cadre que son œuvre postérieure a germé et mûri et que s’est esquissé le symbolisme complexe de son langage 

Le Mas Miró est composé d'une série de bâtiments de différentes époques, du XVIIIème au XXème siècle.

©Fundació Mas Miró, 2018.

La ferme

L’ensemble est présidé par la ferme proprement dite, connue à l'origine sous le nom de Mas d'en Ferratges et construite  par les Marquis de Mont-roig. Du point de vue architectural, le bâtiment principal répond à la typologie des villas d’Indianos. (Espagnol ayant émigré en Amérique et revenu une fois fortune faite) .

La maison des métayers côtoie le bâtiment central, modèle de l'œuvre la plus emblématique de l’étape figurative de Miró, La Ferme, actuellement exposée à la National Gallery de Washington.

©Fundació Mas Miró, 2018.

Le jardin

Juste en face du bâtiment principal se trouve le jardin, qui conserve encore une partie de sa végétation, parmi laquelle se détachent de majestueux eucalyptus. Le belvédère, un endroit singulier, a bien souvent servi d’abri à Joan Miró qui profitait de son ombre et de sa tranquillité pour peindre.

©Fundació Mas Miró, 2018.

L'atelier

À quelques mètres de la ferme, se trouve l'atelier ou studio, un bâtiment indépendant où Joan Miró se consacrait à la création  et à l’élaboration de son œuvre. Construit à la fin des années 1940, il a été conçu par l'artiste lui-même dans le dessein explicite d’y pratiquer la sculpture.

L'espace conserve encore plusieurs éléments qui faisaient partie de l'activité de Miró: ustensiles, croquis, matériaux et objets divers. Sur les murs, on peut voir des graffitis que Miró a dessinés pour donner corps à ses idées en utilisant le mur comme support.

©Fundació Mas Miró, 2018.

Le poulailler

Le poulailler est maintenu dans son emplacement d'origine, aujourd'hui sans volaille, mais en conservant son apparence.

©Fundació Mas Miró, 2018.

Les champs

Actuellement, les champs qui entourent le Mas Miró hébergent une plantation de produits écologiques cultivés par une entreprise locale. Sur les terres du domaine  nous avons essayé de représenter la diversité naturelle que la ferme a offerte tout au long de son évolution: caroubiers, oliviers, jardin potager et amandiers composent le paysage du Mas Miró.

©Fundació Mas Miró, 2018.

La chapelle

La chapelle est contigüe à l'entrée des carrioles ; il s’agit d’un bâtiment de style néogothique construit en 1916 à la demande du père de Joan Miró. Bien que ce soit un oratoire privé, avec un accès reliant la maison et la chapelle en passant par le chœur, les Miró avaient fait  ouvrir une porte extérieure pour que les paysans de la région puissent y accéder. 

©Fundació Mas Miró, 2018.

La bergerie

Dans les pièces qui abritaient l’ancienne bergerie, nous trouvons maintenant l'espace d’accueil. Il est conçu pour être le premier contact avec le Mas Miró, permettant au  visiteur d’entrer d’emblée au moyen d’un audiovisuel dans le contexte qui donne une valeur au Mas Miró. C’est dans cet espace d'accueil que l’on peut acquérir les billets pour visiter le Mas Miró, ainsi que tous les produits offerts par la boutique.

©Fundació Mas Miró, 2018.